Je suis C.H


Ce matin il neige sur Montréal et le blanc qui recouvre tout donne à ce monde des airs de pureté. Pourtant cette blancheur n'a pas réussi à recouvrir mon âme et la souffrance de cette triste nouvelle. C'est autre chose qui l'a fait.

Mon esprit s'est réveillé avec face à lui l'expression d'une barbarie. Charlie Hebdo est plus qu'un journal satirique, bien que certains puissent en douter. Charlie Hebdo est également plus qu'une voix. Charlie Hebdo est un chemin, un chemin entre la dureté du réel et nous. Ce qui est arrivé à ces femmes et à ces hommes dans leurs bureaux est une horreur sans nom, un gouffre béant creusé dans nos consciences, une preuve que, pour certains, le rire et la distanciation d'avec ce que l'on nomme le sacré ne méritent pas même le droit d'être.

Ce qui est arrivé à Charlie Hebdo métamorphose le réel. Selon eux, le droit de rire n'existe plus. Selon eux, le droit de respirer un grand coup et de lâcher au silence des éclats de voix est passible de mort. Selon eux, le droit de ne pas prendre au sérieux une expression de l'invisible supprime le droit d'être. En attaquant Charlie Hebdo, ce ne sont pas les auteurs qui ont été visés, c'est l'invisible qu'ils représentaient qu'ils veulent museler.

Face à cela l'incompréhension inonde notre monde et fait naître la rancœur. En attaquant notre droit à rire ils ont attaqué le fondement de notre réalité. En attaquant notre droit à l'expression c'est toute notre nation, tout notre système qui se soulève et qui crie à l'horreur, à la tragédie et à la honte. En attaquant Charlie Hebdo, c'est tout notre état qui hurle à la colère.

Mais, et je sais que cela est facile pour moi qui n'ai aucune attache autre que virtuelle avec ces personnes qui ont aujourd'hui été plongé dans le silence, s'il vous plaît, ne lâchez pas votre haine sur eux. Ce ne sont pas eux les coupables. Ils ne sont que les balles.

Ceux qui doivent être condamnés, ce sont ceux qui ont fait que cet événement est arrivé. Ceux qui doivent être condamnés, ce sont ceux qui ont permis que ces personnes puissent croire dans le bien-fondé de leur acte. Ceux qui doivent être condamnés, ce sont ceux qui voient la voix de l'autre comme leur ennemi, alors qu'ils sont de la même argile.

Ceux qui ont permis à cette folie d'être sont ceux qui prônent la violence comme solution tout comme Charlie Hebdo prône le rire comme solution. Ceux qui ont permis à cette folie d'être sont ceux qui alimentent l'ignorance et répriment la réflexion autour d'eux par le biais de textes anciens, tout comme Charlie Hebdo alimente la réflexion et réprime le sérieux par le biais de textes nouveaux. Ceux qui ont permis à cette folie d'être sont ceux qui rallient des êtres à qui on ne peut reprocher que leur ignorance et leur incapacité à pouvoir comprendre la portée de leurs actes, tout comme Charlie Hebdo rallie à lui des êtres à qui on ne peut reprocher que leur ignorance à vouloir faire rire. Ceux qui ont permis à cette folie d'être sont ceux qui laissent les autres agir à leur place, bien terrés derrière la liberté d'expression qui les protègent tandis que leurs sous-fifres répandent le sang, tout comme Charlie Hebdo permettait à des personnes d'agir par elles-mêmes, remerciant la liberté d'expression pour qui leur sang a été versé.

Ceux qui ont commis cet acte doivent être condamnés, bien entendu. Mais si rien d'autre n'est fait, alors rien de bon ne ressortira de cette triste journée. Quelque chose d'autre doit être fait. Je ne parle pas ici de supprimer la liberté d'expression ou de faire la guerre aux pays qui soutiennent ce type d'action, ou encore de renforcer la police. Rien de tout cela ne sera efficace de toute façon. La meilleure méthode pour lutter contre ces folies est encore de tout faire pour que plus aucun être ne puisse penser comme ceux qui ont permis à cette folie d'être. La meilleure méthode pour lutter contre ces folies est d'éduquer, encore et encore, toujours plus et au plus grand nombre, afin que la capacité à analyser et à comprendre le monde se répande et assèche ces prés d'ignorance et de peur dans lesquels ceux qui ont permis à cette folie d'être viennent moissonner tout leur soul. La meilleure méthode contre la violence n'est pas la violence, ni la vengeance, ni les actions similaires à celles commises. La meilleure méthode pour lutter contre ces actes prend la voie de la culture et de la reconnaissance de la différence, pour que plus jamais deux êtres puissent se regarder et voir en l'autre autre chose que lui-même.

Alors, cela ne se reproduira plus, et ces morts n'auront pas été vaines.

Recent Posts
Archive
Search By Tags

© 2015 Tristan Bera - Antares Trib. Proudly created with Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now